''J'avais posté cet article durant mes 6 mois en Australie sur un site web familial et pourquoi pas le mettre ici.
Ce blog n'a plus vraiment de sens alors je peux tout autant en faire un blog perso.
Et après tout : Try not giving a fuck.''

Juillet 2008 : Après quelques galères en prépa intégrée dans mon école, j’apprends que je vais intégrer un cursus aménagé de 18 mois pour ma 3ème année dès Septembre 2008. J’ai donc 6 mois de libre à partir de Février 2010, avant de reprendre en Septembre 2010 deux années d’études en spécialité.
picasaweb.google.com.jpeg
Mars 2010 : 1 an et demi de réflexion plus tard, je m’envole pour un voyage en Australie. La décision n’aura vraiment pas été simple à prendre. Je ne m’étais jamais envolé seul pour une durée si longue auparavant. Il faut tout quitter : Amis, famille, compagne, associations, engagements…
Plusieurs objectifs en vue : Améliorer mon anglais, trouver un stage bref pour satisfaire mon école, découvrir du pays.

Je décide donc d’arriver à Melbourne le 8 Mars 2010 (après 26 heures d’avion, voilà pourquoi je n’ai jamais été sur Terre le 7 Mars) car la région se porte au fruitpicking durant cette saison. Mon objectif était donc d’arriver là-bas, trouver des petits boulots dans la campagne, me permettant de rencontrer des gens, gagner mes sous et donc me débrouiller seul financièrement.

LOGEMENT
Mais c’est durant les deux plus longues semaines de ma vie, loin de la famille, de Sarah (ma douce), de mes amis, vivant seul et essayant de se trouver des activités durant mes journées, que je décide donc de rester à Melbourne pour m’y installer, trouver un logement (car j’étais en backpackers/auberge de jeunesse durant ces 2 premières semaines) et un travail.
24 Mars : Je m’installe enfin, pour une durée de 3 mois, dans une maison partagée avec un australien et un néo-zélandais, où j’y poursuivrais mes recherches de jobs plus facilement.

JOB
picasaweb.google.com-1.jpeg
De ce côté, je pense avoir tout fait !
70 CV déposés dans des restaurants et bars, 200 annonces dans les boîtes aux lettres des particuliers pour proposer des services de nettoyage ou de cours de français, recherches quotidiennes d’annonces sur les sites web, appels téléphoniques, agences d’intérim, etc…
8 Avril : J’effectue mon premier job ! Un mois (notez bien pour les intéressés) après mon arrivée, je fais du ménage chez un particulier avant son déménagement, ici le métier est très bien payé. D’autres offres arriveront par la suite grâce à mes annonces que je dépose sur le web (on me prend parfois juste parce que j’ai mis dans l’annonce que je suis un petit français de 22 ans).
Le ménage se poursuivra chez des particuliers durant mes 3 mois. J’effectue aussi quelques heures dans 2 restaurants différents, mais ça s’arrête vite : Mon anglais incertain étant la principale cause. J’effectue aussi du jardinage et de la peinture. Un tas d’expériences professionnelles différentes et amusantes durant ces 3 mois au final.

STAGE
Avant le 8 Avril, ne pouvant rester les bras croisés (oui car la recherche de boulot n’est pas un hobbie qui vous remplit votre journée de manière joyeuse), je décide de rechercher un stage assez vite. J’en trouve un, grâce à de nouvelles rencontres locales, à l’ICAN (Campagne Internationale pour l’Abolition des Armes Nucléaires – www.icanw.org), quelques tâches informatiques et traductions de texte.

12 Avril : Je commence mon stage. 1er constat : J’ai finalement réussi mon installation Logement-Boulot-Stage à Melbourne, seul (avec les nombreuses aides et suggestions d’autres personnes bien sur), à l’étranger.
Lors de ma 1ère semaine, mon objectif était de remplir mes journées : C’est réussi avec un stage, quelques heures de boulots par ci, par là, ainsi que quelques sorties avec les amis.

ROAD-TRIP
Que reste-il à faire ? Découvrir du pays !
Après mon départ de France, Sarah a finalement décidé de me rejoindre le 7 Juin. J’ai une chance incroyable. Je sais donc que jusqu’à cette date-là, j’organiserais notre voyage et nous pourrons profiter des magnifiques paysages qu’offre l’Australie durant deux mois jusqu’à son retour du 27 Juillet (mon retour en France s’effectuant le 13 Août).

9 juin : Nous voici parti en avion vers Perth sur la côte ouest. Nous y louons un van pour 40 jours (durée trop courte pour en acheter un mais surtout pour le revendre). Le 14 Juin commence alors notre road-trip tout le long de la côte Ouest, nous allons effectuer un peu plus de 6500 kms si nos calculs sont bons. Nous avons travaillé dur, elle en France, moi en Australie, pour nous payer ce voyage et nous comptons bien nous amuser et nous démerder en cas de manque d’argent.

Côté faune, nous croisons un tas de kangourous, koalas et d’émus. Mais aussi des vaches, des chèvres et des moutons sauvages sur le bord de la route principale.
Côté flore, les différents paysages se succèdent selon les régions, nous sommes actuellement dans le Pilbara et voyons nos premières montagnes dans un climat aride.
Côté paysages, nous avons emprunté la route côtière jusque Geraldton, vu de magnifiques falaises à Kalbarri, donné à manger aux dauphins et marché entre 200 oiseaux et 5 pélicans à Monkey Mia, préparé notre chocolat chaud sur la plage de coquillage de Shell Beach, récolté des poivrons rouges durant deux jours à Carnarvon pour retrouver un peu de confiance en nos finances sur la route (amendes pour interdiction de dormir dans le van sur la voie publique, réparation de la batterie du van, ça n’aide pas !), mangé un repas trappeur (bananes-chocolat, œufs au plat, pommes de terre au feu de bois) tels que nous faisions aux scouts, pratiqué le snorkelling sur la barrière de corail à Coral Bay dans le Ningaloo Marine Park, promenés dans les gorges du Karijini National Park… Tout ça n’est pas fini, nous en sommes à 4000 bornes sur 6500 !
Sur la route, de nombreux cadavres de kangourous et de vaches percutés par les Road-trains (Camion poids lourd de 2 à 4 remorques). Prudence sur la route. Plus on monte, plus il fait chaud, plus nous voyons de belles choses.

La vie en van est rigolote, entre chercher des emplacements de camping gratuits, se lever à 6h45 pour éviter qu’un Rangers ne passe nous réveiller et nous donner l’amende lorsque le camping y est interdit, être constamment à la recherche de notre but ultime : La douche !
Oui, la douche nous apparaît comme une libération lorsqu’on en trouve une.
En tout cas, on ne s’ennuie jamais, les découvertes sont nombreuses et il y a toujours de nouvelles choses à expérimenter.

Voici une carte de notre trajet global nous sommes actuellement au point Q à Port Hedland.

Et enfin, un bref aperçu des paysages de notre voyage en photos.

Carte Australie Road-Trip