Jango - Rendez-vous musicaux et autres bavardages

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Radiohead : In Rainbows - Résumé des épisodes précédents...

Etant donné que j'idolâtre Radiohead depuis mes débuts dans la découverte de la musique (2003), je me dois de parler du dernier album dont on a tellement entendu parler : In Rainbows.
Mais pourquoi aujourd'hui sinon ? Parce que je viens de recevoir ma discbox, je vais vous dire ce que c'est...

Résumé :

Lire la suite...

Air + Au Revoir Simone @ Aéronef - 17.11.2007


Mon second concert de Air après celui du Splendid sur la tournée de Talkie Walkie (2004).
Cette fois-ci, c'est au tour de la tournée de Pocket Symphony, j'ai eu pas mal d'écho sur des blogs selon quoi cette tournée était un peu décevante et avec une durée de jeu trop courte. Malgré les avis, je me devais de les revoir tellement j'étais chamboulé après le concert du Splendid en 2004.

Air pour l'occasion s'offre Au Revoir Simone en première partie, le trio féminin de Brooklyn avec leurs synthés, balades électroniques, assez calme. Sympa mais rapide, à 20h30 c'était fini.
Début du concert avec Electronic Performers, émotion, car ça fait longtemps que j'attendais de voir ce que ça donnait en concert cette chanson. Ca commence très fort pour moi à vrai dire. Mais apparemment, les petits gars ont des soucis avec une boîte à rythme, Jean-Benoit Dunckel s'excuse du fait que dans un groupe électro, y'a beaucoup de matériel électro, et qu'à chaque qu'un concert, y'a un truc qui plante :) !
Vient ensuite en désordre la tracklist suivante incomplète je pense : Napalm Love, Mer Du Japon, Talisman, Kelly Watch The Stars, Don't Be Light, Radian, Cherry Blossom Girl, Venus, Run, People In The City, Remember, Sexy Boy...

Les titres s'enchaînent, c'est rapide, trop rapide, peu de moments vibrants, j'ai préféré le Sexy Boy de la dernière tournée. Le son n'est pas extraordinaire non plus. Mais au final, je retrouve La Femme d'Argent, cette chanson qui cloture chaque concert de Air il me semble et qui est une composition parfaite.
Début agréable, moelleux et final débordant d'énergie, les "show-light" est aggressif pour les épilectiques, ça part de partout, ça va exploser, et ça retombe comme sur ses pattes. Bref, dis comme ça, on ne comprend rien à ma description, allez plutôt écouter le morceau !

22h15, fin du concert. Un peu dégouté : 30€ pour 1h15 de concert avec un son qui n'excelle pas et peu de vibrations à part pour la 1ère et dernière chanson. J'ai bien plus préféré le concert du Splendid (Ter !), j'espère que Air lira les critiques de sa tournée et fera mieux la prochaine fois !


PS : T'en fait pas Nicolas, c'était un moment agréable tout de même ;) !

Source Photos : 'Concert des Eurockéennes de Belfort 2007''

Roubaix's Burning #6 @ La Condition Publique - 05.10.2007


2 semaines après cette excellente nuit du NAME festival, j’enchaîne donc avec la 6ème édition de la Roubaix’s Burning (ma seconde après la 4ème édition).

Au programme, la tête d’affiche SebastiAn du label Ed Banger’s Records, antre de Busy P alias Pedro Winter le manager des Daft Punk et label de Justice, Uffie, Feadz, Mr Oizo, Vicarious Bliss, DJ Mehdi, Krazy Baldhead, pour ceux qui ne le sauraient pas encore), Teenage Bad Girl (de Citizen Records, le label de Vitalic, Sexual Earthquake In Kobe, et nos habitués Sylvie Cious et Ronyx.
On arrive donc vers le début de la soirée à 23h30, milieu de set de Sylvie Cious, une honte. Enfin, je ne comprends pas toujours pas. Quand je l’ai vu la dernière fois, elle m’a fait une superbe impression avec un très bon mix de morceaux plutôt minimal techno. Et cette fois-ci, elle a décidé de passer des morceaux bien plus connus (très bons, y’a rien à dire), mais le mix était absolument à chier. A vrai dire, ce n’était pas un mix mais plutôt une playlist. Alors quoi ? T’étais bourrée Sylvie ? Je l’espère.

Ensuite, on découvre dans les chiottes la programmation de la soirée, sans voir SebastiAn sur l’affiche. En effet, un crétin complètement bourré dans les chiottes se met à nous râler dessus parce que SebastiAn a annulé son set étant donné qu’il préférait jouer à Los Angeles. Bon, en gros, y’avais des explications sur certaines affiches à l’entrée selon quoi, il a eu des dates décalées plus tôt, et il a du prendre l’avion pour L.A avant. Donc le bourré n’avait pas tort, il a préféré se faire LA que RBX ! Petit pédé, va :) !

Vient ensuite Sexual Earthquake In Kobe (SEIK), trio roubaisien avec un bassiste, un chanteur et un gars au synthé, un électro-rock à la The Rapture efficace mais sur 10 minutes. C’est vraiment toujours la même chose, c’est vraiment moisi en fin de compte. Bref, là on commence à se dire merde, pas sebastian, sylvie cious à chier, SEIK pareil, le public est bien différent que celui du NAME, les gens sont venus pour voir Sebastian, car c’est la même maison que Justice, donc ce sont forcément les mêmes. Bref, on se fait bien bien chier.


Heureusement, notre absent a été remplacé par Krazy Baldhead (Ed Banger’s Records) puis Bobmo (du label Institubes). La chanson que j’avais écoutée sur la compil Ed Banger de Krazy Baldhead était bien sans plus. Mais son set était excellent ce soir-là ! C’est l’heure qui nous a permis de bien nous déhancher, de se lâcher à fond, avec quelques sonorités à la Fatboy Slim dans son mix. Donc, Krazy Baldhead fut la bonne surprise de la soirée et le lancement pour nous de la soirée !


Vint ensuite Teenage Bad Girl. Beaucoup de gens ont déjà entendu leur single et album Cocotte. J’ai pourtant eu l’impression d’avoir le même son durant tout leur album. Et là, seconde surprise de la soirée, le set était vraiment dingue, le mec sur son Korg était complètement déchaîné et a envouté le public avec ce son si particulier qui est leur marque de fabrique. Sacrée euphorie sur cette heure et demi de set.

Et pour finir, nous sommes restés quelques dizaines de minutes sur le set de Bobmo de Institubes, ce gars fait super jeune, peut-être début de vingtaine. Et bien, très bonne impression aussi, des morceaux déjà plus connus pour la fin de soirée mais un très très bon mix. Je pense qu’il est à suivre. Fin de la soirée : 4h30. Couché à 5h. Lever à 7h pour aller en cours le lendemain.

T’inquiète cocotte, tu vas en chier ce matin…

NAME Festival @ La Condition Publique - 22.09.2007


C’est Samedi soir, le dernier soir du NAME à la condition publique. Dommage, je n’ai pas pu voir Ellen Allien et Modeselektor la veille. Mais je me contente largement d’aller voir The Orb, Ivan Smagghe et surtout Nathan Fake pour la deuxième fois ce soir !

Nous partons donc (en la présence de Romain et Foucauld) à la Condition Publique, cette salle que j’ai vu une seule fois pour les nuits Extramundi en 2004 (à savoir Soulwax, 2 Many DJ’s, Manu Chao et le championnat d’Air Guitar le même soir !)
On entre dans la condition publique et on arrive sur la « rue », à savoir une allée située entre les 3 salles de ce complexe. Ambiance au violet dans la rue couverte avant de rentrer dans la salle Odette (la principale). Ecrans géants à volonté, visuels assez sympathiques lors du set de Petter vers 23h. Ensuite petit tour à la salle Lucette.
C’est dans cette salle typée Aéronef (pour les dimensions) qu’on se sent le plus à l’aise pendant un moment, écrans géants sur 2 côtés de la salle et énormes affiches avec slogans libérateurs sur les deux autres côtés. Niveau visuel, on est comblés et niveau musique, c’est énorme. On entre dans un univers plutôt minimal techno. Et putain, c’est bon. Moi qui ne danse jamais car je fréquente des gens qui aiment les boîtes moisies (dance, house) lilloises, je peux vous dire qu’au bout d’un quart d’heure, vous avez largement dépassé le stade du « je tape le pied contre le sol en rythme ».

Ensuite, en entamant notre petite visite du côté de la salle Elizabeth, on tombe sur une journaliste souriante et mignonne de Studio Brussels, cette radio belge canon qui diffuse pas mal d’électro et retransmets certains festivals et soirées sur sa radio. Celle-ci nous interviewe sur nos attentes de la soirée, si nous étions déjà venu au NAME (j’avais l’avantage d’y être allé l’an dernier au Tri Postal (avec The Rapture, Thomas Schumacher…)). Revenons à la salle Elizabeth, la première fois que tu entres dans cette salle, tu te dis, merde on a atterri au Tri Postal ou quoi ? Je pense que ça vous donne, chers lecteurs, une idée des dimensions : plafond bas, salle en longueur, des écrans un peu partout là-aussi et ambiance techno plus dansante on va dire. On est complètement rentrés dans l’ambiance de cette salle (après le décevant set de The Orb, salle Odette), une folie dansante nous traverse durant 3 heures de 1h30 à 4h30 avec un set vraiment canon de Chloé, Barem et Shonky. Le set que j’attendais de Nathan Fake dans la salle Odette de 3h à 4h fut adapté à l’ambiance de la soirée, assez techno (et non électro psychédélique comme aux eurockéennes 2006 (lien vers le billet des eurocks) ) mais moins accrocheur que l’ambiance de la salle Elizabeth.

Bref on est sortis à 4h30 car on avait pas tous la même envie de rester, mais en réalité on serait bien restés jusqu’à 6h et limite faire l’after au Kiosk, pour vous dire à quel point c’était canon :D !

La Vie Aquatique : un film loufoque

Affiche du film La Vie Aquatique
Ce soir, je viens d’ajouter un nom dans la liste des meilleurs films que j’ai vu. Et j’en reviens pas. Moi qui croyait que ce film avait l’air kitsch (ou film pour enfants je sais pas) quand je voyais l’affiche. Et bien non, La Vie Aquatique m’a touché en plein dedans.
Un film complètement loufoque, c’est le meilleur adjectif le qualifiant. C’est l’histoire d’une équipe partant faisant des expéditions marines filmées dirigée par Steve Zissou alias Bill Murray. Et bien, ce Bill Murray est toujours aussi décontracté comme dans Lost In Translation ou d’autres films.
L’équipe, tous vétus d'uniformes bleus et de bonnets rouges, part cette fois en quête d’un requin long de 10m qui a dévoré le meilleur ami de Steve, Esteban, dans leur précédente aventure.

L'équipage est constitué d'un ingé son, un ancien chauffeur de bus, un ancien prof, et pleins d'autres anciens trucs qui n'ont rien à voir avec la marine.
Dans le bateau, il y a une cuisine tout équipée, un studio d'enregistrement pour le black qu'on aperçoit pas mal de fois le long du film avec sa guitare et qui reprend des chansons de David Bowie en portugais, ses reprises sont excellentes et on les retrouve sur ce CD, Seu Jorge.
Studio Sessions The Life Aquatic SEU JORGE
Au cours du film, Bill Murray se rend compte que sa carrière vire au désastre et que tous les moyens à sa disposition tombent à l'eau. Bill Murray qui s'effondre, c'est courant dans ses films, et ça le rend encore plus drôle lorsqu'il perd les pédales. Alors il pète un cable lorsque son bateau est attaqué par des pirates (si si, c'est tourné au 21ème siècle, mais c'est loufoque) et que ceux-ci ne se barrent pas du bateau après avoir pris le butin, il arrache alors ses chaînes et tue à lui seul la moitié des pirates. Les pirates, effrayés, se font la malle.
La Vie Aquatique
La BO, canon ! Déjà, il y a les reprises de David Bowie mais aussi des mélodies composées au vieux clavier pourri avec des sons d'une simplicité touchante. Le film est loufoque, on se prend pour un gamin dans ce film tellement c'est amuisant, la musique comlle parfaitement avec. Le film est de Wes Anderson, et y'a eu la participation de Roman Coppola à ce que j'ai vu, le frère de Sofia Coppola (elle qui a déjà introduit Virgin Suicides et Lost In Translation dans ma fameuse liste de super films).

Je sais pas trop quoi dire en fait, ce billet est déjà bien mal écrit, c'est un gros bordel, je suis perdu dans mes pensées à cause de ce film. Donc si y'a plus qu'une chose à dire, c'est regardez ce film.

Berren-Legnadt @ Saint Maurice


Je mets concert de Berren-Legnadt mais en fait, ça n'en est rien !
Après beaucoup d'hésitation à s'installer à cause de la pluie, nous avons finalement décidé de s'installer à l'arrache derrière l'église au 19 de la rue vers 20h30.
Il y a donc eu un changment d'horaire (plutôt vers 21h) et un changement de lieu. Donc désolé pour tous ceux qui avaient reçu un mail indiquant les mauvaises informations à cause des changements de dernière minute.

Le concert a donc commencé avec l'arrivée de Gauthier à la basse et de Chemsdil au djembe accompagnés de Foucauld à la batterie. Ils étaient de passage et pouvaient sans problème venir jouer avec nous, c'était bien le but original de ce concert à la base. Ensuite nous avons joué à 4 un petit set folk on va dire, cette fois-ci Gauthier a pris la guitare (assez monstrueux d'ailleurs !) et j'ai chopé la basse. Ca a duré 1h30 comme ça, le temps est passé super vite, mais c'était vraiment un super moment !

La suite avec Alban, un pote du frère de Marion (clarinette), pareil, on apprend à la connaître et dans la minute qui suit on a joué à 3 ou 4 un set un peu plus blues/rock vachement sympa également !
Alors oui, en gros, ce concert s'est transformé en boeuf et à en déduire des réactions des gens, c'était plutôt sympa pour eux, et vraiment canon pour nous. Pour un premier concert, je ne m'attendais pas du tout à ça, et c'est cette surprise supplémentaire qui a rajouté du piquant à ce concert, non c'était vraiment canon.

On a eu ensuite la proposition d'un groupe de Jazz Oriental de jouer à deux groupes, mais on les as laissés jouer tout seul. Belle diversité des styles dans cette soirée, leurs chansons ont cartonnées jusqu'à minuit où l'on a malheureusement du tout arrêter à cause de plusieurs débordements possibles dans le coin.

Mais Marion, Foucauld et moi, qu'avons-nous fait ensemble ? Rien du tout malheureusement, les 5 jours de répétitions du set de Berren-Legnadt au préalable n'auront pas été appliqués hier soir, mais je pense que l'on fera ça quelque part sans doute ! Alors encore désolé pour Marion qui n'a pas pu jouer.

Je garde un excellent souvenir de cette soirée dans tous les cas, et je tiens vivement à remercier Gauthier, Chemsdil, Alban et avant tout la communauté de Saint Maurice pour nous avoir permis de s'installer à la dernière minute devant chez eux. Ce petit boeuf se refera avant la prochaine fête de la musique, nous gardons le contact pour de prochaines représentations.


PS : Tous ceux qui ont des photos, fichiers audio ou vidéos du concert, pourriez-vous me les faire parvenir à vianney.bernet@gmail.com, svp merci beaucoup !

Cactus In Love + Genjini @ La Cave aux Poètes - 19.04.2007

Depuis la Roubaix's Burning #4, je me devais de revoir Genjini ce trio électro fou que j'avais découvert en accompagnement de Seb Martel à l'Aéronef.

C'est donc lors du "chaud-case" de Cactus In Love, femme solitaire à la guitare (parfois accompagnée d'un batteur et d'une autre voix féminine) dont les mélodies sont parfois mélancoliques, parfois remuantes. Ca n'essaye pas non plus à tout prix de faire rire la galerie avec des petites blagues, c'est l'impression que je ressens dès que je vois un artiste de ce genre. Niveau paroles, je n'y fais jamais attention, mais là c'était assez captivant. J'en retiens surtout des mélodies vraiment bonnes.

Ce fut la surprise de la soirée.



Ensuite, le trio d'un genre complètement différent de la première partie, on passe de la chanson française à l'électro. C'est bien la diversité :D !
Après avoir essuyé une série de bugs comme la dernière fois, Genjini nous offre alors un show un peu moins expressif que celui de la Roubaix's Burning, le groupe a l'air d'avoir moins la patate. Peut-être du au fait qu'il n'y ait pas grand monde, que ça ne soit pas rempli (pourtant un showcase, c'est gratuit !). Ca fait quand même bouger les gens, comment pourrait-on rester loque ?
Et bon néanmoins, j'ai pu faire découvrir ce groupe en live à deux amis qui ont adoré, donc satisfaction.

Archive @ L'Aéronef - 18.01.2007



Jeudi soir, j'ai assisté à mon 3ème concert d'Archive en 6 mois, les 3 seules fois où je les ai vu.
Que dire ? Le concert a été plutôt perturbé par un mauvais début de concert. J'ai légèrement énervé une personne en passant devant elle dans le but de rejoindre mes amis. Cette personne de la quarantaine m'a tout simplement menacé de me casser la gueule à la sortie en moins de 30 secondes. Bon esprit de concert, n'est-ce pas ?

Je garde comme première performance celle des Eurockéennes de Belfort 2006 en qualité. Je conserve une meilleure trace de ce concert que celui du Splendid le 14 Octobre (étant donné que j'étais sourd durant une dizaine de jours à ce moment-là). J'ai peut-être plus ressenti le son mais au final, ça ne transcende pas, ça motive mais pas au point de faire bouger les gens.
Nous avons quand même eu la chance d'avoir aux 2 claviers et à la voix féminine, une reprise de Roads, 8ème titre de l'album Dummy de Portishead, ainsi qu'un Numb en final assez tonitruant !
Quasiment la même setlist qu'au Splendid par contre.

Avec du recul, je pense qu'il aurait été préférable d'assister au concert du fond de la salle pour vraiment profiter du jeu de showlights et non au 7ème rang car on se lasse assez vite de leurs gestuelles devant.
J'ai même l'impression que je ne reverrai plus Archive avant un bon boût de temps, ça m'a plutôt dégouté.

Juste pour se plaindre...

Marre, marre, marre !

L'année 2006 a, je trouve, été très pauvre en bonne musique. Ce fut l'ascension des groupes de rock indépendant britanniques, créant alors une banalité de ce genre. Je retiens uniquement l'album The Eraser de Thom Yorke (chanteur de Radiohead) et celui de Nathan Fake, Drowning In A Sea Of Love.
Lors du festival Inrocks 2006 à l'aéronef où il y eu Boy Kill Boy, The Spinto Band et The Kooks, j'eu la sensation d'écouter la même musique durantles 3 prestations...
Aucune chanson ne se dégage des autres !

Ce soir, j'ai commencé à faire le tri entre les 8 derniers Go de musique que j'ai eu récemment. J'ai écouté le nouvel album de Bloc Party (A Weekend In The City), dont je garde un bon souvenir de leur premier album Silent Alarm. Là, nouvelle fois, je m'ennuie à mourir à écouter cet album, ce groupe est tombé profondément dans ce rock indépendant si banal. A la première écoute, la voix se traîne sur toutes les chansons de l'album. *Corbeille*
J'écoute alors le 2ème cd de la BO de Trainspotting, c'est tout l'inverse du premier, il est moisi à mort ! *Corbeille*
Ecoute de l'album Freak R Us de Johannes Heil, recommandé par un serveur de l'Autrement Dit lorsque je lui demande si il a un groupe qui ressemblerai à Justice ou Vitalic. *Corbeille*

Je cherche donc désespérément un album qui m'excite un minimum, peut-être plus du côté électro ! Quelqu'un peut-il me venir en aide ?
Please !!!!!

Sebastien Martel/Coitry Lab @ L'Aéronef - 15.12.2006


Je reviens tout juste d'un petit concert à l'Aéronef. La salle a pour l'occasion aménagé un petit espace "le club aéronef" qui s'est ouvert pour la première fois de cette saison.

Sebastien Martel et une dizaine de musiciens (ses invités) venant tour à tour ont fait une excellente prestation durant 2h30.
On a pu assister à des morceaux des différents groupes qui entouraient Seb Martel avec entre autres : Spleen (percussionniste oral) et son bassiste, Franck Monnet (chant, basse), La Tropa (trio de violonistes), Genjini (deux DJ de Lille qui passeront à la Cave aux Poètes dans le cadre du Roubaix's Burning #04, le Vendredi 19 Janvier 2007), un trompettiste, un haut-bois, un batteur...

Bref, tout un beau monde réunit ne se connaissant pas forcément et qui a répété (où ingurgité) une vingtaine de morceaux toute la journée, sans en avoir connaissance auparavant. A noter que la spécialité de Seb Martel et "Lab" est l'improvisation !

Quel plaisir d'entendre différents styles musicaux durant la soirée, dans une ambiance très intime où le public était assis au même niveau que le groupe. Ambiance très particulière dans cette salle de l'aéronef, une déco superbe spécialement aménagée.

Je pense qu'il est nécessaire d'assister à l'un de ces concerts pour vivre un moment unique. Ce fut vraiment un concert à part entière. C'est pourquoi, il repasse demain (Samedi 16 Novembre 2006) à l'Aéronef également.

Avant de nous quitter, il nous as prévenu que lui et ses invités feraient quelques morceaux dans une nacelle de la grande roue de Lille vers 12h ou 13h, Samedi ! J'y serai !